Blogue

Retour

Le SQC fait le point sur sa constitution – 1er billet d’une série de 4

Notre respect envers tous les travailleurs et toutes les travailleuses de la construction, envers nos métiers et envers notre industrie fait notre renommée. Notre association est d’ailleurs exclusivement consacrée aux salariés de notre industrie. Par une série de 4 billets, le SQC fait aujourd’hui le point sur certaines informations qui ont été véhiculées au cours de la période de maraudage.

 

La constitution du SQC :

  • Le Syndicat québécois de la construction (SQC) est une association syndicale en vertu de la Loi sur les syndicats professionnels. Il n’est affilié ni à une centrale syndicale ni à des associations américaines. Il n’est pas une entreprise privée non plus. Le SQC est un syndicat indépendant.
  • Les officiers du comité exécutif du SQC sont élus par l’assemblée générale des membres. Ce comité est responsable des grandes orientations stratégiques et financières du syndicat.
  • Le SQC est structuré en plusieurs départements de métier. Chacun est géré par un coordonnateur qui assure le bon fonctionnement des activités des représentants. Les départements au sein du SQC sont les équivalents des locaux d’autres associations. Tous nos départements sont soutenus par une équipe centralisée de conseillers syndicaux et d’avocats experts en droit du travail et en santé et sécurité.
  • Le SQC a aussi un service de comptabilité et secrétariat, lequel assume les tâches administratives. Son service des communications développe, quant à lui, pour les membres, différents outils d’information (publications imprimées, site Web, Facebook) et objets, à l’image du SQC.
  • Au total, 46 personnes sont au service de plus de 21 000 membres SQC.

 

Peu importe votre métier ou occupation, si vous souhaitez connaître le SQC, adressez-vous directement à nous

Lire le 2e billet : Les services et les cotisations SQC

Lire le 3e billet : Les représentants SQC et notre présence aux négociations

Lire le 4e billet : L’assurance-vie des travailleurs et des travailleuses de la construction